Lab-École
Les professionnels des ressources matérielles doivent faire partie de la fête

Lab-École
Les professionnels des ressources matérielles doivent faire partie de la fête

Montréal, le 5 juin 2018. – Les commissions scolaires doivent développer une expertise interne et embaucher des architectes et des ingénieurs pour que les projets mis de l’avant par Lab-École connaissent le succès promis, selon la Fédération des professionnelles et des professionnels de l’éducation du Québec (FPPE-CSQ).

« Les projets sélectionnés par Lab-École sont majoritairement situés dans des commissions scolaires qui ne comptent ni architecte ni ingénieur. Pourtant, ces projets immobiliers ne rempliront leur promesse à long terme que si une expertise interne durable est mise en place dans les milieux pour en planifier le suivi et l’entretien. Afin de ne pas répéter les erreurs du passé, il faut éviter que cette initiative ne se résume au final qu’à un feu d’artifice libéral », prévient la présidente de la FPPE-CSQ, Johanne Pomerleau.

Une expertise en adéquation avec la pédagogie
Le rapport Les services professionnels des ressources matérielles, une expertise inestimable pour les commissions scolaires, produit par la FPPE-CSQ à la suite d’une enquête auprès de ses membres, révèle que seulement 17 commissions scolaires bénéficient de l’expertise d’architectes ou d’ingénieurs, qui sont une centaine seulement dans l’ensemble du Québec.

« Notre connaissance du milieu nous indique pourtant que ces professionnels sont les vrais experts de l’école. Si on leur en donne les moyens, ils sont à même de créer des projets innovants qui mettent à profit des principes connus d’aménagement favorisant la réussite éducative. Ils sont aussi les mieux placés quand il s’agit d’adapter les projets de rénovations des écoles aux véritables besoins des élèves, en partenariat avec tous les acteurs de l’école », poursuit Johanne Pomerleau.

Un rempart contre la collusion et les dépassements de coûts
L’expertise interne en ressource matérielle est également un véritable rempart contre les dépassements de coûts et les risques de collusions.

« Nous l’avons vu dans l’histoire récente au Québec, notamment au ministère des Transports : l’absence de personnel qualifié pour faire le suivi des travaux, du cadre financier, des échéanciers et des règles d’attribution des contrats entraîne de véritables scénarios de films d’horreur. Les commissions scolaires, qui nécessitent des investissements majeurs en rénovations dans les prochaines années, doivent absolument se prémunir contre de telles catastrophes et devenir des clients-experts si elles ne veulent pas devenir la principale fuite d’argent public vers les poches d’entrepreneurs moins scrupuleux », affirme la présidente de la FPPE-CSQ.

Attirer et retenir les meilleurs
Malheureusement, la FPPE-CSQ constate un grave problème d’attraction et de rétention de personnel chez les architectes et ingénieurs de commissions scolaires.

Selon les résultats du sondage, 40 % des répondants espèrent changer d’emploi d’ici cinq ans, et moins de 5 % sont à l’emploi depuis plus de 10 ans (72,5 % des répondants sont en poste depuis moins de cinq ans).

La cause est évidente : les emplois comparables des secteurs publics offrent un salaire de 9 % à 32 % plus élevé.

« À l’aube d’une ère de rénovation et de construction majeures dans le système scolaire québécois, il est impératif que le Québec et les commissions scolaires se donnent les moyens d’être en plein contrôle de leur parc immobilier. Cela passe impérativement par l’embauche et la rétention de personnel professionnel qualifié », conclut Johanne Pomerleau.

Profil de la FPPE-CSQ

La Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation du Québec (FPPE-CSQ) représente 19 syndicats regroupant 7 300 membres répartis dans la quasi-totalité des commissions scolaires du Québec, francophones, anglophones, Crie et Kativik. Elle compte parmi ses membres différentes catégories de personnel dans les secteurs administratif, pédagogique et dans les services directs aux élèves (entre autres, psychologues, psychoéducatrices et psychoéducateurs, orthophonistes, conseillères et conseillers d’orientation, orthopédagogues, etc.).

– 30 –

Renseignements
Karine Lapierre
Conseillère en communication, FPPE-CSQ
Téléphone : 514 213-4412
Courriel : fppe.lapierre.karine@lacsq.org

2018-06-05T14:28:34+00:00