To read English Version

Dans la Passerelle de juin 2018, nous vous informions que la Commission d’équité salariale avait mis fin à la conciliation avec le Conseil du Trésor et que la Commission des normes, de l’équité et de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) était maintenant responsable de procéder aux enquêtes des plaintes en vertu du maintien de l’équité salariale 2010.

À cette époque, nous avions encore un léger espoir que les discussions se poursuivent pour une entente entre le Conseil du trésor et les organisations syndicales. Malheureusement, le changement de gouvernement a mis fin à nos espoirs et la CNESST travaille, depuis mars 2018, à l’étude des plaintes de 2010. Étant donné le nombre important de plaintes dans la phase un, laquelle concernait notamment la prédominance et la détermination des catégories, cette première étape n’est pas encore terminée. Le 11 février dernier, la CSQ et ses fédérations, incluant la FPPE, ont rencontré les enquêteurs de la CNESST et ont répondu à plusieurs questions de ceux-ci qui cherchaient à mieux comprendre les prétentions de certaines fédérations. Je vous rappelle que la FPPE a deux plaintes à
cette étape: les conseillers d’orientation et les conseillers pédagogiques pour lesquels nous souhaitons voir modifier la prédominance.

Lors de cette rencontre, ils nous ont informés qu’ils espéraient débuter la phase deux à l’automne prochain. Cette deuxième phase concerne les plaintes d’évaluation des emplois.

C’est lors de cette phase que nous devrons argumenter les changements qui sont survenus à certains emplois entre 2005 et 2010 et convaincre les enquêteurs que ces changements sont suffisamment importants pour justifier un changement de certains sous-facteurs et par conséquent du rangement.

Comme vous le constatez, ceci est excessivement long. Le seul point positif, pour les corps d’emplois à prédominance féminine : ces changements seront rétroactifs à 2010. La FPPE, avec la CSQ, travaille très fort à finaliser l’argumentaire.

Il est possible que la CNESST communique avec des professionnels à n’importe quelle phase de leurs travaux afin de valider certains points. Si jamais vous étiez sollicités, merci de communiquer avec votre syndicat, car les informations que vous fournirez seront de la plus grande importance et il est essentiel que vous y répondiez avec le plus de rigueur et de détails possible.

Soyez assurés que la FPPE ne relâche aucunement ses efforts pour que la conclusion de cette saga soit la plus favorable possible pour les membres qu’elle représente.

Johanne Pomerleau
Présidente FPPE(CSQ)

Maintenance of the 2010 Pay Equity

In the June 2018 edition of Passerelle, we indicated that the Commission de l’équité salariale had terminat-ed the conciliation with the Treasury Board and that the Commission des normes, de l’équité et de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) was now responsi-ble for investigating grievances under the maintenance of the 2010 pay equity plan.

At that time, we still had some hope that discussions would continue between the Treasury Board and the unions in order to reach an agreement. Unfortunately, the change of government has put an end to our hopes, and the CNESST has been reviewing the 2010 grievances since March 2018. Phase one, which included dominance and category determination grievances, has not yet been completed due to the large number of cases. On February 11, the CSQ and its federations, including the FPPE, met with the CNESST investigators to answer a number of their questions about the claims of certain federa-tions. I would like to remind you that, in 2010, the FPPE filed two grievances relating to dominance for guidance counsellors and education consultants. During this meeting, we were in-formed that phase two was slated to begin next fall. This sec-ond phase concerns job evaluation grievances. It is during this phase that we will have to make a case about the changes made within certain occupational groups between 2005 and 2010 and convince the investigators that these changes are significant enough to warrant modifying certain subfactors and, therefore, categories.

As you may have noticed, the process is excessively long. The only positive point for predominantly female occupational groups is that these changes will be retroactive to 2010. The FPPE and CSQ are working very hard to put the final touches to our case.

The CNESST may contact professionals anytime during the course of their work in order to corroborate certain points. In the event that you are contacted by the CNESST, make sure to reach out to your union, as the information you provide will be of utmost importance, and it is essential that you answer as thoroughly as possible.

Rest assured that the FPPE is making every effort to ensure that the outcome is as favourable as possible for the members it represents.

Johanne Pomerleau
President FPPE(CSQ)