To Read English Version

Au printemps dernier, le Devoir, dans un article signé par Marco Fortier1, rapportait le fait qu’à peine 61 % des postes d’ingénieur ou d’architecte (99 postes permanents ou surnuméraires sur 163) étaient pourvus à la Commission scolaire de Montréal (CSDM et que la majorité (60 %) de ces employés sont en poste depuis deux ans et moins, le tiers depuis un an et moins. Cette situation s’explique par le fait que les salaires sont plus bas dans le secteur parapublic. En 2017, au moment où la FPPE rédigeait son rapport2 le salaire des ingénieurs était 9 % plus bas que dans la fonction publique provinciale, 21 % plus bas que dans la fonction publique fédérale, 29 % plus bas qu’à la Ville de Laval et 32 % plus bas qu’à Hydro-Québec.

Le récent budget du gouvernement annonçait l’ajout de sommes pour la réfection d’immeubles solaires, immeubles qui comme nous le savons en ont bien besoin. Afin de gérer les nombreux chantiers en cours et à venir, la CSDM doit avoir recours à une expertise interne d’ingénieurs et d’architectes. On se souviendra les nombreuses critiques3 adressées au ministère des Transports du Québec (MTQ) qui avait augmenté de façon importante le recours à la sous-traitance favorisant ainsi une explosion des coûts et une perte d’expertise publique interne.

Cette situation concernant les professionnelles et professionnels des ressources matérielles de commissions scolaires illustre fort bien la situation salariale de l’ensemble des travailleuses et travailleurs du milieu de l’éducation et de la santé.  Nous croyons qu’il y existe toujours une forme de discrimination entre les employés du secteur parapublic (santé, éducation, services sociaux) majoritairement constitué de corps d’emplois à prédominance féminine et ceux des entreprises publiques et des municipalités.

Des travaux sont en cours pour trouver une solution aux problèmes d’attraction et de rétention chez les professionnelles et professionnels des ressources matérielles.

Sophie Massé,

Vice-présidente, FPPE(CSQ)

___________________________

1https://www.ledevoir.com/societe/education/552158/recherches-ingenieurs-et-architectes-pour-les-ecoles

2Les professionnelles et professionnels des ressources matérielles.  Une expertise inestimable pour les commissions scolaires. Rapport FPPE-CSQ, mai 2018 http://www.fppe.ca/wp-content/uploads/2018/07/G_Rapport_ressources-mat%C3%A9rielles_VF.pdf

3Groupe de travail – sous-comité sur la sous-traitance en ingénierie (MTQ, SFPQ, SPGQ, APIGQ), Analyse de la sous-traitance en ingénierie au ministère des Transports du Québec dans cinq créneaux d’activité, projet de document, 20 février 2013, p. 13.

La Passerelle – Juin 2019

Attracting and Retaining Engineers and Architects at the Montreal School Board

Last spring, Le Devoir reported, in an article by Marco Fortier1, that only 61% of engineering and architectural positions (99 permanent or supernumerary positions out of 163) were filled at the Commission scolaire de Montréal (CSDM) and that the majority (60%) of these employees had been in their positions for two years or less, and one third for one year or less. This is largely attributable to the fact that wages are lower than in the broader public sector. In 2017, when the FPPE released its report2, wages paid to engineers were 9% lower than in the provincial public service, 21% lower than in the federal public service, 29% lower than at Ville de Laval and 32% lower than at Hydro-Québec.

The government’s recent budget announced additional funding for the renovation of school buildings , which are in great need of repair. In order to manage the many ongoing and future projects, the CSDM requires in-house expertise from engineers and architects. Let us all remember the many criticisms3 levelled at the Ministère des Transports du Québec (MTQ), which had significantly increased outsourcing, thereby increasing costs and decreasing in-house public expertise.

This situation concerning the school boards’ material resource professionals illustrates very well the present wage situation of all education and health workers. We believe that discrimination still exists between broader public sector employees belonging to predominantly female job classes (e.g. health, education, social services) and those working for public companies and municipalities.

Work is underway to address attraction and retention issues among material resource professionals.

_________________________

1https://www.ledevoir.com/societe/education/552158/recherches-ingenieurs-et-architectes-pour-les-ecoles (in French)
2Les professionnelles et professionnels des ressources matérielles : Une expertise inestimable pour les commissions scolaires. FPPE-CSQ report, May 2018
3 http://www.fppe.ca/wp-content/uploads/2018/07/G_Rapport_ressources-mat%C3%A9rielles_VF.pdf (in French).
Groupe de travail – sous-comité sur la sous-traitance en ingénierie (MTQ, SFPQ, SPGQ, APIGQ), Analyse de la sous-traitance en ingénierie au ministère des Transports du Québec dans cinq créneaux d’activité, projet de document, 2013 Feb. 20, p. 13.

 

Sophie Massé,
Vice-president, FPPE(CSQ)

 

La Passerelle – June 2019