Validation : déception

Validation : Disappointment

Validation : déception

En novembre dernier, un numéro spécial de la Passerelle vous avait informé des modifications que le ministère avait faites dans le processus de validation. On pouvait y lire : « Le ministère nous a bien signifié que ces modifications avaient pour but de réduire la charge administrative incombant aux professionnels et assurer un financement plus rapide aux commissions scolaires. Nous avons manifesté notre satisfaction concernant l’élimination quasi complète de l’étape de la validation ». Nous vous informions qu’il s’agissait d’une année de transition et qu’il était important que vous teniez votre syndicat informé de l’atterrissage de ces changements dans les milieux.

Grâce à l’information d’un membre, nous avons appris, à notre grande stupéfaction, que la direction de l’adaptation scolaire et des services éducatifs complémentaires (DASSEC) du ministère aurait demandé aux commissions scolaires, pour cette année, que tous les dossiers soient complétés comme par les années passées, pour la fin juin.

Après vérification auprès du directeur de la DASSEC et de la sous-ministre adjointe, le message exact qui a été envoyé aux commissions scolaires à ce sujet est celui-ci : « Par ailleurs, pour les dossiers d’élèves H ou TGC qui ne seront pas vérifiés ni validés dans le cas des commissions scolaires choisissant cette option, vous disposerez de la période jusqu’à la fin juin pour compléter la documentation aux fins de soutien de cette clientèle. »

J’ai précisé qu’il y a une différence importante pour le professionnel entre « s’assurer d’avoir au dossier tous les éléments justifiant qu’un élève identifié corresponde bien aux critères du MEES » (tâche que les professionnels doivent faire pour identifier un élève, qu’il soit validé ou non) et « compléter les dossiers comme par les années passées » (qui exige une rédaction supplémentaire et beaucoup plus détaillée). Le message qu’ils ont envoyé laisse place à interprétation. Le directeur a pris note  et nous a assuré que cette consigne ne concerne que l’année de transition, soit 2017-2018. Il espère que le fait de pouvoir finaliser ces dossiers d’ici juin, plutôt que dans les délais habituels, enlèvera un peu de pression sur les épaules des professionnels concernés. Je lui ai fait part, ainsi qu’à la sous ministre, de mes doutes à ce sujet et aussi de notre désagréable impression que le ministère a fait miroiter publiquement une fausse diminution des tâches administratives des professionnels, si leur intention n’est que de déconcentrer le travail exigé par la validation.

Nous serons consultés sur la suite des choses et soyez assurés que nous serons au rendez-vous afin d’obtenir un réel allègement pour les professionnelles et professionnels que nous représentons.

 

Johanne Pomerleau,
Présidente, FPPE(CSQ)

Validation : Disappointment

Last November, a special issue of the Passerelle informed you of changes the Ministère had made in the validation process. It read: « the Ministère made it clear to us that these changes were intended to reduce the administrative burden on professionals and to provide speedier funding to school boards. We expressed our satisfaction with the near elimination of the validation process. » We informed you that this was a transition year and that it was important to keep your union informed of the impact of these changes in your community.

Thanks to information received from a member, we learned, to our great surprise, that the Direction de l’adaptation scolaire et des services éducatifs complémentaires (DASSEC) had asked that, for this year, the school boards complete all files as was done in previous years, and that is, for the end of June!
After verifying with the DASSEC and the Deputy Minister this information, we found out that the exact message was the following: “In addition, for student H or TGC files that will not be verified or validated for school boards choosing this option, you will have the period until the end of June to complete the documentation to support this clientele.”

I said that there is an important difference for the professional between « making sure they have all the elements justifying that an identified student meets the criteria of the MEES » (a task that professionals must do to identify a student, whether validated or not) and « complete the records as done in past years » (which requires additional reporting and much more details). The message they sent is open to interpretation. The director took note and assured us that this directive concerns only the transition year, 2017-2018. He hopes that being able to finalize these files by June, rather than in the usual time frame, will take some pressure off the shoulders of the professionals involved. I made him aware, as well as the Deputy Minister, of my doubts about this subject and also of our unpleasant impression that the Ministry has publicly shunned a false decrease in the administrative tasks of professionals, if their intention is only to deconcentrate the work required by validation.

We will be consulted on the course of events. Rest assured that we will be present when obtaining a real relief for the professionals we represent.

Johanne Pomerleau,
FPPE(CSQ) President

2018-06-19T12:14:35+00:00